Le retable du XIVe siècle de l'abbatiale Saint-Volusien livrera-t-il ses secrets ?

Dans le cadre de ses missions de conservation du patrimoine, le Conseil Départemental de l’Ariège accompagne la Ville de Foix dans le traitement de mystérieux objets datant du XIVe (re)découverts au sein de l’église abbatiale Saint-Volusien de Foix.

Pour cela, le Département a sollicité les enseignants de l'Institut National du Patrimoine (INP) de Paris, afin d'expertiser ces vestiges. L’école, intéressée par ce projet, a proposé de réaliser une étude dans le cadre de la formation de ses étudiants.

Ainsi, du 19 au 23 avril, le laboratoire du Centre de conservation et d’étude (CCE) de l’Ariège, propriété du Conseil Départemental, est mis à disposition de trois étudiantes et leur enseignante de l’INP, afin de mener cette étude dans les meilleures conditions. Elles auront à leur disposition une structure et des outils adaptés à cette étude (loupes grossissantes, éclairages adéquat, microscope électronique, banc photographique...).

La commune de Foix a pris à sa charge les frais de transport et d’hébergement des chercheurs.

 

 

 

LES VESTIGES D’UN ENSEMBLE SCULPTÉ MÉDIÉVAL

DANS LA SACRISTIE DE L’ÉGLISE SAINT-VOLUSIEN

Dans les années 1960…

Des travaux réalisés dans la nef de l’église, par un architecte des Monuments historiques avaient permis de révéler la présence d’une crypte de l’époque romane dont le comblement était constitué de gravats et de ces éléments sculptés.

Ces travaux et découvertes avaient donné lieu à différentes publications scientifiques et articles de presse, sans oublier un travail universitaire dans les années 1960.

Les fragments sculptés avaient ensuite été remisés dans un réduit de la sacristie… et oubliés. Seul, un bloc sculpté baptisé « la grèbe » était exposé en public lors des Journées du Patrimoine ou présenté aux curieux et chercheurs qui en faisaient la demande.

Redécouverts en 2018, restaurés en 2021

C’est en 2018 que le service de la Conservation départementale a redécouvert cet ensemble conséquent d’éléments sculptés en pierres datant du Moyen Âge.

Le Département a acté l’accompagnement de la Ville de Foix afin d’effectuer une restauration des objets. S’en est alors suivi la coordination avec l’Institut National du Patrimoine et l’accueil par le CCE de cette étude.

Retable ou tombeau ?

Les éléments retrouvés, sculptés en pierre sont estimés dater du XIVe ou XVe siècle.

On dénombre environ 200 fragments de pierre taillée, grise et blanche de tailles diverses :

  •  60 pièces de grand module,
  •  150 de petit et moyen modules.

 

S’y distinguent différents éléments sculptés, notamment scènes historiées, personnages, décors architecturaux, portant des traces de dorures et polychromie.

Les éléments retrouvés sont, pour certains, suffisamment identifiables pour comprendre qu'il s'agit d'une partie d'un cycle relatant le martyr de Saint Volusien et la découverte de sa dépouille.

 

L'élément ci-dessus, partie d’une frise sculptée en haut relief, permet d’identifier sans hésitation un épisode du martyr de Saint Volusien ancien évêque de Tours du Ve siècle et saint patron de la ville de Foix et son église.

On distingue clairement l’arrière-train des boeufs tirant le char sur lequel a été déposé le corps du martyr décapité.
D’autres fragments sont identifiables dans le cycle de Saint-Volusien : l’ange annonciateur ayant interpellé les saintes femmes afin qu’elles découvrent le corps du saint et le transportent dans son sépulcre.

Ou encore Les saintes femmes tenant la tête du saint décapité comme dans l’illustration ci-dessous :

A l’exception de certains fragments faisant vraisemblablement partie d’autres sculptures pour lesquels le style et les modules diffèrent, la majorité de ces éléments proviennent d’un seul et même ensemble : un retable ou un tombeau datant probablement du XIVème ou du XVème siècle, période à laquelle l’abside romane a été remplacée par un nouveau chevet gothique.

L’étude menée cette semaine au sein du CCE permettra-t-elle de préciser ces premières analyses ? La question reste entière…

 

DES RÉFÉRENCES POUR APPRÉHENDER CES VESTIGES

Un ouvrage datant du XVIIe siècle évoque la mémoire de cet ensemble, appelée « grèbe ». Le Mémorial historique de l’abbé De Lescazes relate sa destruction une centaine d’années plus tôt (1557 ou 1562), lors des troubles liés aux guerres de Religion opposant protestants et catholiques.

 

 

Voici l’extrait relatif à Saint-Volusien :

 « […] après avoir sacrilegement gouspillé & saccagé l’Abbaye dudit Foix,[les protestants] mirent à bas un auguste ornement surnommé par excellence Lagrebe, dont l’antique structure rehaussoit le lustre, & la beauté de l’Eglise parrochielle, piece tres-importante, & recognüe d’un grand prix, tant pour la merveille de la perfection, que pour la delicatesse d’un si excellent ouvrage inventé par l’art de telle admirable industrie.»

DE LESCAZES Jean-Jacques, Le Mémorial Historique, contenant la narration des troubles, et ce qui est arrivé diversement de plus remarquable dans le Païs de Foix, & du Diocese de Pamies, depuis l’an de grace 1490 jusques à 1640 , 1644, p.70.

 

L’église de Saint-Volusien avait été durement touchée par ces événements, et ce n’est qu’au XVIIe siècle que l’édifice fut presque entièrement reconstruit, époque où les vestiges de cet « auguste ornement » ont dû être utilisés comme remblais pour combler la crypte.

Les différents fragments retrouvés laissent imaginer une composition en haut-relief, sur plusieurs registres avec probablement une alternance de statues en ronde-bosse (qui reposent sur un socle), d’éléments architecturaux et de frises historiées.

Un parallèle pourrait être fait avec le grand retable de la chapelle de Notre-Dame de Bethléem de la cathédrale de Narbonne. Il présente des similitudes dans le style, même si les proportions de celui de Foix sont sûrement plus réduites.

 

Grand retable de la chapelle de Notre-Dame de Bethléem de la cathédrale de Narbonne