Un accès à la Voie Verte par la gare multimodale en mars 2021

Les usagers pourront bientôt accéder en toute sécurité à la voie verte entre la cité comtale et Saint-Girons, depuis la gare multimodale de Foix.

 

UN ACCÈS PRATIQUE ET SÉCURISÉ DEPUIS FOIX

 

 

En mars prochain, les usagers pourront accéder facilement et en toute sécurité à la voie verte entre Foix et Saint-Girons, depuis la gare multimodale fuxéenne. Jusqu’à présent, la voie de jonction depuis Foix vers Vernajoul, n’était ni accessible et ni aux normes de sécurité.

Depuis octobre 2020, ce dernier tronçon est aménagé par le Département de l’Ariège. Des travaux de sécurisation ont donc été réalisés entre la Cité du pont de l’Écho et la voie ferrée de Foix : création d’une rampe d’accès, pose d’une clôture séparant la voie verte de la voie ferrée, stabilisation du cheminement piéton sur le pont de l’Echo et mise en conformité du garde-corps de l’ouvrage.

Afin d’effectuer les travaux, une convention tripartite a été signée entre la ville de Foix, la SNCF et le Conseil départemental de l’Ariège.

 

Cinq mois de travaux

Démarrés en octobre 2020, les travaux ont consisté en trois phases :

  1.       La construction d’une rampe d’accès depuis la cité du pont de l’Echo,
  2.       L’aménagement d’une clôture séparative,
  3.       Le débroussaillage et l’abattage d’arbres, la stabilisation du cheminement piéton, la mise en conformité du garde-corps de l’ouvrage, la signalétique et les barrières bois.

Les entreprises Lagarde et Cuminetti ont réalisé les travaux, sous la conduite du Département.
Le budget global de ce chantier s’élève à 180 000 €.

 

LE DÉPARTEMENT DE L’ARIÈGE ENGAGÉ DEPUIS 2007

 

Depuis 2007, le Conseil Départemental de l’Ariège s’est engagé dans l’aménagement des voies vertes dans le cadre du Plan départemental des itinéraires de randonnée.

Ce programme de voies vertes s’appuie sur la requalification d’anciennes voies ferrées dont l’emprise et les ouvrages d’art ont été cédés au Département.

 

Les 3 tronçons de la Voie Verte Ariège-Pyrénées

 

  • Le tronçon « Foix – Saint Girons », de 40 kilomètres, a été aménagé en 3 tranches fonctionnelles réalisées entre 2008 et 2012.

 

  • Le tronçon « Lavelanet – Mirepoix », d’une distance de 20 kilomètres, a été en grande partie réhabilité en 2015-2016.

 

  • Le tronçon « Saint-Lizier – Lacave », de 15 kilomètres, a été aménagé en 2018

 

Ces trois tronçons du Département constituent la Voie Verte Ariège-Pyrénées, qui traverse le département d'Est en Ouest. Cette Voie Verte fera bientôt partie de la « V81 » identifiée de Bayonne à Perpignan et inscrite aux schémas national et régional des véloroutes et voies vertes.

 

Les jonctions rejoignant les voies vertes

 

  • A l’Est, le tronçon « Roumengoux – Moulin Neuf » assure depuis l’été 2020 la liaison de la voie verte Mirepoix-Lavelanet avec le Canal du Midi, côté audois.
  • A l’Ouest, la jonction « Prat – Lacave » a été réalisée fin 2020. De Foix à Lacave, en 47 kilomètres, elle rejoint le territoire haut-garonnais, menant à la Via Garonna .

 

Les chantiers et études à venir

 

  • 2021 :  un nouveau tronçon entre Mirepoix et Rieucros sera réalisé pour la voie verte Pamiers- Mirepoix. Le montant des travaux prévus s’élève à 550 000 €.

 

  • 2022 : l’étude foncière du tracé entre Pamiers et Rieucros sera finalisée, ainsi que la préparation du marché de maîtrise d’œuvre de ce tronçon.

 

 

  • L’axe Nord-Sud entre Foix et Pamiers est par nature différent. Son aménagement nécessitera la combinaison de plusieurs modes de déplacements doux : mobilité du quotidien, vélo route... De nouveaux enjeux et partis pris d’aménagement seront pris en compte comme des pistes cyclables, des bandes cyclables, et d’autres itinéraires à circulation apaisée...

 

Les chiffres-clés de la Voie Verte

 

 

Perspectives

 

 

UNE RÉFLEXION GLOBALE SUR LES MOBILITÉS ACTIVES EN 2021

 

 

Au-delà des voies vertes et des itinéraires cyclables, les services du Département réfléchissent à un développement des mobilités du quotidien et le partage de la voirie en fonction des usages.

 

Si favoriser les mobilités actives et décarbonées passe par le développement du vélo et donc un meilleur partage de la voirie, d’autres modes alternatifs doivent pouvoir se combiner : le covoiturage et les transports en commun.

 

Ces dernières années, une dizaine d’aires de covoiturage ont été aménagées par le Département pour favoriser l’intermodalité. Ce travail va être poursuivi en passant par un plan des mobilités douces, fixant les objectifs suivants :

 

  • Proposer des alternatives aux déplacements motorisés,
  • Faciliter la circulation des cyclistes sur de moyennes distances et préciser les types des aménagements : piste cyclable, zone de rencontre, marquage au sol pour les chaussées à une seule file de circulation...
  • Favoriser un maillage d’itinéraires en interconnexion autour de centres urbains,
  • Connecter un ensemble de communes sur des axes structurants.