Pont de Lagarde : on casse tout et on recommence

Le Conseil départemental de l’Ariège a engagé fin juillet un important chantier sur la RD 207 à Lagarde, en vue de la réparation du pont qui enjambe l’Hers.

Dans un premier temps, l’ouvrage a été démoli avant de procéder à sa reconstruction, sur la base de poutrelles en acier enrobées de béton. A ce jour, les fondations profondes sont réalisées, et les travaux vont se poursuivre jusqu’à la mi-janvier par la construction du tablier, la mise en place des équipements et le raccordement de la voirie.

Le nouveau pont disposera d’une chaussée élargie à 3,50 m (2,50 m actuellement), mais la circulation restera tout de même en alternat.

La circulation est interdite durant toute la durée du chantier. Une déviation est donc mise en place par la RD 7 et la RD 507 jusqu’à Moulin-Neuf, puis la RD 106 et la RD 125 jusqu’à Tréziers (Aude).

 

1. Le contexte

Construit en 1885, le pont de Lagarde permet le franchissement de l’Hers par la RD 207. Il assure la liaison entre la commune de Lagarde et une partie de son territoire et au-delà, la commune de Tréziers dans l’Aude. Techniquement, le profil en travers de cet ouvrage est composé d’une chaussée de 2,50 m et de deux accotements de 0,50 m. Surtout, il présente une longueur particulièrement importante (43 m).

Comme la plupart des ouvrages de cette conception, les problèmes rencontrés sur la structure sont la conséquence directe du défaut d'étanchéité sous les chaussées : état de corrosion avancé irréversible de l'ossature métallique, fragilisation des voûtains de briques peu adaptés au trafic lourd ayant entraîné la mise en place d’une limitation de tonnage à 3,5 tonnes.

2. Le projet

Le projet retenu après les différentes études préalables consiste en une reconstruction complète de l’ouvrage en lieu et place de l’existant, en conservant deux travées. Sa portée a été augmentée à 50,50 m afin d’éloigner les culées (partie située sur la rive destinée à supporter le poids d'un tablier à poutre) des berges et permettre un meilleur écoulement de la rivière à cet endroit.

Par ailleurs, la largeur du tablier est augmentée pour permettre la mise en place d’une voie de circulation de 3,50 m et de deux trottoirs de 0,55 m à l’amont et de 0,95 m à l’aval.

La fin du chantier est prévu en janvier 2018.