Serres-sur-Arget lundi 25 novembre 2019 20h30

Les thèmes proposés étaient : "Transition énergétique", "Pastoralisme, l’ours et l’agriculture",  "Internet à Très haut débit et aménagement numérique".

Pour la première soirée des Rencontres de l’Ariège, lundi 25 novembre 2019, à la salle polyvalente de Serres-sur-Arget,

90 à 100 personnes sont venues échanger, poser des questions et nourrir le débat avec la nouvelle Présidente du Conseil Départemental de l’Ariège, les Vice-Présidents et vos Conseillers Départementaux.

Trois thématiques vous étaient proposées pour cette soirée : le pastoralisme et l’ours, le déploiement du réseau Très haut débit et la Transition énergétique. Mais pas que !

 

Retour sur les échanges ...

 

 

OURS ET PASTORALISME

A la faveur des mesures renforcées d’aide aux éleveurs, l’ours fait-il toujours partie de la biodiversité en Ariège ? Est-il enfin possible de s’assoir autour d’une table et échanger sereinement sur les enjeux du pastoralisme et sur la vie de l’ours dans nos montagnes ?

Alain Naudy, Vice-Président délégué aux Réseaux et Travaux publics : « Nous avons ouvert ce débat lors des Assises du Pastoralisme à Foix en décembre 2018. Il y avait beaucoup de monde. De nombreuses propositions ont été émises, dont le cantonnement. Ces propositions n’ont jamais été retenues. On a encore vu le résultat cet été, avec des dérochements, des attaques, plus de 200 animaux au tapis. Les mesures actuelles ne marchent pas. Nous comptons aujourd’hui une soixantaine d’ours, peut-être une dizaine de plus au printemps après les naissances qui ne manqueront pas d’arriver. Je mets en garde aujourd’hui, car la montagne ariégeoise ne pourra supporter une centaine d’ours comme nous risquons d’en dénombrer d’en trois ou quatre ans ».

Christine Téqui, Présidente : « Notre vision du développement est celui d’une montagne vivante, aux côtés des éleveurs dans un accompagnement du pastoralisme. En dernier recours, l’été dernier, nous avons demandé le retrait car nous ne voyons plus d’autres solution ».

 

 

TRÈS HAUT DÉBIT

En matière de Très Haut Débit, le Département offre-t-il toujours la prise chez l’abonné ?

Jean-Paul Ferré, Vice-Président délégué aux Finances et à l'Administration générale : « C’est le fournisseur d’accès qui assure la prise en charge de la connexion du foyer chez l’abonné fibre optique ».

Vous parlez souvent de « redevance » en évoquant le déploiement du THD, de quoi s’agit-il ?

Jean-Paul Ferré, Vice-Président délégué aux Finances et à l'Administration générale :  « Il s’agit d’une part de ce que les abonnés paieront à Orange qui sera reversée au Département et reviendra donc dans le financement du réseau Très Haut Débit au bénéfice des Ariégeois. C’est le fruit de la négociation serrée qui a été menée au moment de la finalisation du contrat de délégation de service public ».

Quel est l’avantage du Très Haut Débit par rapport à une connexion classique ? Quel sera le supplément de coût ?

Jean-Paul Ferré, Vice-Président délégué aux Finances et à l'Administration générale :  « Je ne peux vous dire s’il y aura un supplément de coût, cela dépend de l’opérateur. Par contre, l’avantage est réel en matière de service puisque vous allez passer de 2 ou 5 mégabits à 100 mégabits garantis ! Un débit qui change la vie pour nombre d’usagers à titre personnel ou même professionnel pour certains. Transferts de données, téléchargements, tout va beaucoup plus vite avec le Très Haut Débit ».

 

 

Qui sera le gestionnaire de ce réseau fibre optique en aérien ?

Jean-Paul Ferré, Vice-Président délégué aux Finances et à l'Administration générale :  « Le suivi et la maintenance seront assurés par le délégataire de service public, Ariège THD, sous l’œil du Conseil Départemental ».

Envisagez-vous d’accompagner les personnes âgées ou celles qui ne sont pas habitués aux ordinateurs à pouvoir profiter de ce Très Haut Débit ?

Christine Téqui, Présidente : « L’accompagnement aux usages du numérique est une question centrale que l’on ne laissera pas de côté. C’est une préoccupation que nous devons intégrer à nos politiques et au maillage du territoire. Certains partenaires que nous soutenons le font, il nous faut travailler davantage avec eux, avec les fab labs qui assurent des formations, ou encore le Secours Populaire ».

Comment puis-je savoir si je peux bénéficier du Très Haut Débit ?

Jean-Paul Ferré, Vice-Président délégué aux Finances et à l'Administration générale :  « Il suffit de se rendre sur le site  https://www.ariegetreshautdebit.fr/   pour découvrir foyer par foyer le niveau d’éligibilité ».

 

Et aussi…

 

Nous rencontrons de nombreux problèmes de téléphone fixe et depuis peu de téléphonie mobile ? Sans compter des problématiques de réseau électrique.

Christine Téqui, Présidente : « Nous allons faire remonter ces difficultés auprès des opérateurs, de même qu’au niveau du réseau électrique »

 

 

Nous sommes dans un département riche en barrages et donc en hydroélectricité ; quelle est votre position sur l’ouverture à la concurrence pour la gestion de ces barrages ?

Christine Téqui, Présidente : « Je suis favorable au fait que l’énergie reste publique et non pas soumise à des intérêts privés qui peuvent inquiéter sur le niveau de sécurité des installations.

Alain Naudy, Vice-Président délégué aux Réseaux et Travaux publics :  « Nous sommes très vigilants sur l’évolution de ce dossier depuis l’ouverture à la concurrence. La question de la sécurité est extrêmement préoccupante pour toutes les populations qui vivent en contrebas de ces barrages. Et c’est mon cas à Orlu. Nous sommes donc de fervents partisans qu’une grosse entreprise telle qu’EDF conserve la gestion de ces structures, elle a la compétence et le savoir-faire ».

Le Département entend-il intervenir plus fortement sur la filière bois-énergie ?

Christine Téqui, Présidente :  « Le Département est très impliqué sur cette filière, du fait d’une ressource très proche même si elle n’est pas toujours aisément accessible, très morcelée. Le bois bord de routes est un bel exemple de ce qui peut se faire comme pour chauffer le collège de Tarascon et bientôt celui d’Ax-les-Thermes (études en cours). »

Bulletins participatifs déposés dans l'urne : les questions et les réponses 

Question de Jean Guyomard :
Dans le cadre du remplacement des vieilles chaudières à mazout, envisagez-vous d’aider les particuliers à revenus modeste ?

Réponse du Conseil Départemental de l'Ariège :

Une aide financière peut être accordée dans le cadre du Fonds Unique Habitat sur un fonds dédié : le Fonds d’Aide à la Maîtrise des Energies sous forme de subvention ou de prêt du reste à charge  jusqu'à 80% du HT plafonné à 3 000 €. Dans le cas où le ménage est locataire, selon la nature des travaux, sa réalisation par des professionnels et/ou l’autorisation du bailleur seront à justifier.

Pour les Propriétaires occupants, la recevabilité de la demande est conditionnée à l'étude de l'éligibilité  aux programmes de droit commun, obligatoire en amont.

Le public éligible : Le FAME s'adresse aux ménages éligibles au FUH ( quotient familial du règlement intérieur) et plus précisément à des occupants du parc privé.

Question de Jean-Louis Libon-Pujol :
Réseau secondaire et signalisation au sol

Réponse du Conseil Départemental de l'Ariège :

Le réseau routier ariégeois de 2671 km est divisé en 4 catégories :
1ère catégorie  itinéraires structurants
2ème catégorie  itinéraires desserte activités économiques
3ème catégorie liaison inter cantonales et stations ski
4ème catégorie  reste du réseau de proximité

Si l’on considère 1ère et 2ème comme réseau principal, la politique de marquage hors agglomération prévoit le marquage de l’axe et des rives avec un taux de renouvellement de 2 à 3 ans.

Si l’on considère 3ème et 4ème comme réseau secondaire, la politique de marquage hors agglomération est la suivante :

- Marquage de l’axe uniquement si moins de 5,20 m de largeur de route et marquage type « route étroite » (chevrons) si la largeur est comprise entre 4,00 et 5,20m, renouvellement tous les 3 ans
- Pas de marquage sur le réseau de 4ème catégorie

La totalité du marquage est assurée en régie par les agents du Conseil Départemental.

Le marquage n'est pas obligatoire, sauf sur les routes à chaussées séparées, les routes express à quatre voies en rase-campagne, ou bien en tant que marque associée aux signaux « Stop » ou « Cédez le passage » ou en tant que ligne d'effet de feux tricolores.

Question d'Isabelle Leduc :
Lors d’intempéries (neige et vent), notre hameau « Le Lanet » (Burret) se trouve coupé du monde : pas d’électricité, pas d’eau (pompes) pas de téléphone fixe ni de téléphone portable.

Réponse du Conseil Départemental de l'Ariège :

Pour connaître l’origine de ces pannes très localisées, l’intervention de la Mairie de Burret paraît indispensable. Ensuite, en fonction du diagnostic établi avec l’aide de la commune, le Département pourra relayer les doléances auprès des organismes compétents (Orange, Enedis, SMDEA) afin de trouver les solutions concrètes.

Question de Damien Daluz :
THD : comment obtenir l’information relative au débit disponible sur la ligne ? (exemple des transports Subra sur le secteur de Pamiers)

Réponse du Conseil Départemental de l'Ariège :

Le département reprendra contact avec vous pour comprendre votre besoin d’information et vous conseiller. Concernant l’information relative au débit professionnel, cela dépend des offres proposées par les opérateurs, ça peut aller jusqu’à 1Gbit par seconde en offre pro.