Montgailhard lundi 20 janvier 20h30

Trois thèmes étaient proposés : « Très Haut Débit », « Services publics de proximité », « Grande Dépendance ».

La 19ème rencontre a eu lieu à Montgailhard, le lundi 20 janvier à 20h30, Espace Guy-Destrem des Forges de Pyrène.

Trois thématiques vous ont été proposées pour cette soirée :

« Très Haut Débit »

« Services publics de proximité »

« Grande Dépendance »

Une vingtaine de personnes a participé aux échanges, sur des thèmes aussi divers que le déploiement du Très Haut Débit, la présence des services publics en zone rurale ou encore la Grande Dépendance. De nombreuses questions ont également été posées, et des réponses apportées…

Retour sur les échanges...

TRES HAUT DEBIT

La connexion à la fibre optique sera-t-elle plus chère pour le consommateur ?

Jean-Paul Ferré, Vice-Président aux Finances : «  Le jeu de concurrence entre les différents opérateurs jouera son rôle de régulateur des coûts. Ils auront en effet intérêt à attirer le plus de clients possible rapidement. Je rappelle également que le Département s’est engagé à prendre en charge les coûts de raccordement de chaque foyer au réseau déployé, une fois que l’usager concerné aura fait connaître son souhait de se connecter auprès du fournisseur d’accès de son choix ».

Je ne comprends pourquoi mon domicile n’est pas éligible à la fibre optique alors que les maisons voisines le sont ?

Jean-Paul Ferré, Vice-Président aux Finances : «  Le déploiement de la fibre n’est pas réalisé sur les limites administratives des communes ou des quartiers, il est mené par « plaques » qui reprennent l’architecture des réseaux précédemment déployés. Deuxième élément de réponse, comme dans tout système, il peut se glisser une anomalie. Si tel est le cas, il faut nous le signaler afin de nous permettre d’apporter une réponse technique précise ».

 

 

80 KM/H

Le Département conduit-il une réflexion sur le retour aux 90 km/h ?

Alain Naudy, Vice-Président aux Réseaux et Travaux publics :  « Après avoir obligé le passage à 80 km/h, le Gouvernement s’est rendu compte du tollé provoqué et renvoie désormais la patate chaude en laissant le soin aux Présidents de Département de prendre la responsabilité d’un retour aux 90 km/h. Un peu facile quand même… S’ajoutent à cela les préconisations drastiques nées des réflexions d’un collège d’experts réuni au niveau national : pas de tourne-à-gauche, pas d’arrêt de bus, pas de passage d’engins agricoles, que la délimitation centrale soit marquée de deux lignes blanches… ce qui signifie qu’il sera interdit de doubler ! Bref, sur les 2666 km de routes départementales, nous ne devrions pas pouvoir revenir à 90 km/h sur plus de 10 à 20 km ! »

URBANISME

Le PLU sur la commune de Montgailhard vient de déclasser le terrain dont je suis propriétaire derrière chez moi. Mon fils qui souhaitait bâtir ne peux plus le faire. L’enquête est en cours mais rien n’avance. On paye le fait de toutes ces administrations qui ont été créées et qui ne font que créer des contraintes nouvelles. Comment faire pour obtenir mon certificat d’urbanisme ?

Christine Téqui, Présidente :  « J’entends la difficulté mais ces problématiques d’urbanisme relève de réglementations nationales qui impactent toutes les communes. Il s’agit de gérer la densification urbaine mais l’on sait bien que cela fait des mécontents. Mais l’on ne peut pas sortir de ce cadre-là ».

 

 

 

TOURISME

Il est regrettable que l’on n’entretienne pas les voies cyclables qui sont formalisées sur certaines voies du département, de même le vélo ne semble pas être pris en compte dans votre accompagnement des projets de traverse d’agglomération. Et arrivera-t-on enfin à faire aboutir le projet de cheminement aménagé le long de l’Ariège, au fil de l’eau ?

Christine Téqui, Présidente :  « Les mobilités douces, dont le vélo, sont des sujets qui nous préoccupent dans chacun des dossiers que le Département accompagne. C’est le cas par exemple dans le projet présenté il y a quelques jours à Saint-Girons, dans le cadre de l’aménagement de l’entrée Est depuis Lorp et Saint-Lizier. Mais le Département ne peut imposer cette volonté aux communes concernées, nous ne pouvons que les inciter ».

 

 

Alain Naudy, Vice-Président aux Réseaux et Travaux publics :  « Sur la problématique du nettoyage des bandes cyclables, la réalité est que nous ne disposons plus des moyens nécessaires pour étendre le niveau de service. Je rappelle que le Département a été contraint à limiter ses dépenses de fonctionnement par le Gouvernement depuis 2018. On ne peut donc pas tout faire en même temps, ni augmenter les interventions ».

L’installation de nouvelles bornes de recharge électrique est-elle prévue ? Et des bornes pour les vélos ?

Alain Naudy, Vice-Président aux Réseaux et Travaux publics :  « Le déploiement de bornes porté par le SDE a été soutenu par le Département. Nous serons à l’écoute de tout projet complémentaire sur cette thématique. Pour le moment, nous n’avons pas été sollicités sur des projets de bornes pour les vélos ».

 ENVIRONNEMENT

On nous demande de trier nos déchets mais je constate que beaucoup de choses restent à faire, notamment pour le tri des déchets de légumes pour ceux qui ne disposent pas de jardin ?

Christine Téqui, Présidente :  « Le SMECTOM travaille actuellement sur des projets de composteurs collectifs et certaines communes ont mis en place de telles solutions ».

 

Bulletins participatifs déposés dans l'urne : les questions et les réponses 

Question  : 

Le Département envisage-t-il de modifier l’âge de la prise en charge et du classement GIR pour améliorer l’accueil des personnes âgées dans les établissements du département ?

Réponse du Conseil Départemental de l'Ariège :

L'accueil des personnes âgées au sein des EHPAD est prévue par les textes à partir de l'âge de 65 ans. Toutefois, pour une personne âgée entre 60 ans et 65 ans, un accueil est possible s'il est justifié que la personne est en incapacité de travailler. Un accueil au sein d'un EHPAD avant 60 ans est également possible. Dans ce cas, une dérogation doit être demandée auprès de la maison départementale des personnes en situation de handicap (MDPSH), à Foix.

La réglementation permet donc d'accueillir au sein d'un EHPAD des personnes de moins de 65 ans. Ces dérogations sont liées à  la situation financière de la personne et de son incapacité potentielle à pouvoir régler ses frais d’hébergement. En cas d'insolvabilité c'est le département via l'aide sociale générale qui prendra en charge ces frais.

Par ailleurs, le classement GIR est également règlementé et ne peut avoir lieu qu'à compter de 60 ans selon une grille unique définie au niveau national. Pour les personnes de moins de 60 ans, l'évaluation des besoins dûs à la perte d'autonomie est réalisée par la MDPSH. Donc quelque soit l'âge, la perte d'autonomie est évaluée.

Enfin, il convient de rappeler que la loi fixe les conditions d'admission dans les différents dispositifs. Elle s'impose à nous comme à tous, et le Département de l’Ariège n'a pas envisagé de modifier le dispositif en ce qui concerne les critères et principes d'admission. Lorsque l’on compare, il s’avère que la mise en œuvre de ces dispositif est fréquemment plus favorable dans le département de l’Ariège qu’ailleurs.