Les Cabannes lundi 13 janvier 20h30

Trois thèmes étaient proposés : « Economie, Tourisme », « Démographie médicale », « Grands Travaux Routiers ».

La dix-septième rencontre a eu lieu aux Cabannes, le lundi 15 janvier à 20h30, salle du Pôle Tourisme à la Mairie.

Trois thématiques étaient proposées pour cette soirée :

« Economie, Tourisme »

« Démographie médicale »

« Grands Travaux Routiers »

 

Une cinquantaine de personnes a répondu à l’invitation de Christine Téqui pour cette première réunion de l’année des Rencontres de l’Ariège proposée le lundi 13 janvier sur la commune des Cabannes. Les thématiques des « Travaux routiers », de la « Démographie médicale » et de « l’Economie et Tourisme » ont permis à l’assistance réunie à la salle du Pôle Tourisme d’entretenir des échanges constructifs.

 

 

ROUTES

Dans le cadre des aménagements envisagés sur l’axe de la RN20, avez-vous prévu des travaux de la traversée de la Remise ?

Alain Naudy, Vice-Président délégué aux Réseaux et Travaux Publics :   « Je précise déjà que cette voirie est sous la responsabilité de l’Etat puisqu’il s’agit d’une route nationale. Je peux néanmoins vous indiquer que les études sont prévues mais les travaux ne se feront sans doute pas avant 2030. Nous misons donc sur la poursuite de l’achat du foncier avant la fin de l’année 2020 ».

Pensez-vous faire des aménagements avant l’entrée d’Albiès ?

Alain Naudy, Vice-Président délégué aux Réseaux et Travaux Publics :  « Sur cet axe, les aménagements relèvent de la responsabilité de l’Etat. En tous les cas, le protocole qui a été signée avec l’Etat ne prévoit pas la prise en compte d’Albiès. Tout comme sont oubliées les traversées de Mérens ou encore de Sinsat. C’est regrettable ».

A Luzenac, le pont de la SNCF montre des signes de faiblesse. Il se dit que la SNCF serait d’accord pour remettre ce pont en état avant de le céder au Département. Qu’en est-il réellement ?

Alain Naudy, Vice-Président délégué aux Réseaux et Travaux Publics :  « Je vous le confirme. La question est réglée. Nous avons d’ailleurs délibéré sur ce dossier en séance plénière du Conseil Départemental. Réseau Ferré de France (RFF), gestionnaire de l’infrastructure, va réaliser les travaux et le Département récupèrera ensuite la gestion et l’entretien de la chaussée de la route. Cela a été un peu compliqué à solutionner car RFF souhaitait initialement céder l’intégralité de l’ouvrage au Département, ce qui ne nous convenait pas du fait de la charge que représente ce type d’ouvrages ».

 

 

SOLIDARITE

Dans le cadre des problématiques de démographie médicale, le Département envisage-t-il d’utiliser davantage les nouvelles technologies pour pallier le manque de médecins ?

Nadège Denjean-Sutra, Vice-Présidente :  « Ces éléments sont effectivement pris en compte dans les réflexions mais nous estimons que les assistants médicaux ne remplaceront jamais les médecins et leurs contacts auprès des patients. L’objectif du Département est bien de parvenir à attirer des médecins généralistes. Et c’est le plus difficile. Il y a un travail pédagogique à mener, mais aussi des conditions d’accueil à améliorer pour donner envie aux médecins de venir sur le territoire. Nous y travaillons avec nos partenaires, tels que l’Ordre des Médecins et la CPAM ou encore les mairies et intercommunalités ».

 

 

INSERTION

Suite à l’attribution du marché « Référent unique RSA » que le Département a attribué à l’association A.CO.R, que vont devenir les personnels du GRETA qui était précédemment titulaire de la prestation ? Et qu’en est-il du suivi des bénéficiaires du RSA ?

Christine Téqui, Présidente : « Il s’agit d’un dossier très particulier, qu’il convient d’expliciter. D’une part, le Département a alerté le GRETA à plusieurs reprises au fil des années sur le fait que la prestation délivrée devait évoluer. Cela n’a pas été le cas, et a même été refusé. Lorsque le marché public a été publié, le GRETA a répondu en confirmant ses positions antérieures. Il en avait le droit, mais c’était son choix. Le Conseil Départemental souhaitait néanmoins faire évoluer l’accompagnement des bénéficiaires du RSA dans leurs démarches de retour à l’emploi, en insistant notamment sur la mission de relations avec les entreprises ; chose que le GRETA a refusé de faire. Dans le cadre très réglementé des marchés publics, un autre candidat a donc proposé une offre plus qualitative et plus conforme au cahier des charges soumis par le Département. L’association A.CO.R a été classée en première position sur les différents critères édictés dans le cahier des charges. Au Département, je le répète, on ne joue pas avec les procédures des marchés publics. Il est donc faux d’affirmer, comme cela a pu être écrit dans la presse, que le Département a supprimé 8 postes au GRETA.

Ceci étant dit, nous nous sommes souciés de la situation de ces personnels. Je les ai reçus à l’Hôtel du Département, nous avons échangé et je leur ai indiqué que le Département regarderait avec la plus grande bienveillance leur candidature sur des postes vacants, conformes à leur profil et à leur expérience. De la même façon, A.COR.R a proposé de recruter les personnels qui le souhaiteraient. Il faut dire que ces offres ont été repoussées par cinq personnels du GRETA ; deux ont accepté des postes chez A.CO.R, une au Département ».