Lavelanet mardi 10 décembre 18 heures

Trois thèmes étaient proposés : "Santé, désert médical", "Économie et tourisme", "Randonnée, Voies Vertes"

La dixième rencontre a eu lieu à Lavelanet le mardi 10 décembre 2019 à 18 heures, salle commune du centre multisports.

Trois thématiques étaient proposées pour cette soirée :

« Santé, désert médical »
« Économie et tourisme »
« Randonnées et voies vertes ».

Christine Téqui, Présidente du Conseil départemental a posé le contexte de sa démarche, accompagnée par d’autres Conseillers Départementaux, Jessica Miquel, Nadège Denjean Sutra, Alain Naudy et Marc Sanchez.

La présidente a rappelé de manière synthétique les missions principales du Département : 

• solidarité : protéger (les personnes âgées et en situation de handicap)
• soutien aux associations et structures environnementales
Les 4 grandes priorités pour demain :
• aide sociale à l’enfance
• solidarité / insertion,
• grande dépendance,
• aide aux pompiers

Retour sur les échanges…

SANTE

Que fait le département sur la problématique du manque de médecin sur le territoire ?

Alain Naudy, Vice-Président :

Il existe plusieurs problématiques :

- « Le numerus clausus tout d’abord. Ce cadre présente la difficulté de ne pas pouvoir adapter le nombre d’étudiants aux besoins des populations. Le numerus clausus va être supprimé, et c’est tant mieux, mais nous ne sommes pas encore en mesure d’évaluer si cela va résoudre les problèmes de pénurie médicale en milieu rural. Un constat cependant : il manque des médecins, et ils sont en position de force. Les médecins susceptibles de s’installer en Ariège exigent l’accès à une diversité de services qui ne sont pas forcément accessibles en milieu rural ». 

- « Au sujet de l’embauche de médecins : le Département travaille sur l’attrait du territoire en direction des internes en médecine notamment. Cette année, la Direction de la Communication a innové en proposant à la nouvelle promotion une Murder Party au Château de Foix en partenariat avec les Sites touristiques, cet accueil a été très apprécié. C’est un des leviers pour les accueillir dans nos structures.
Ensuite, le Département travaille à inciter les hôpitaux pivots (le CHAC à Saint-Girons, le CHIVA à Saint-Jean-de-Verges), à recruter des médecins à temps partiel mais cela nécessite une évolution de la législation ». 

 

Ne craignez-vous pas que la suppression du numerus clausus ne change rien à la pénurie de médecins ?

Alain Naudy, Vice-Président : « La clé est de continuer à travailler sur l’attractivité du territoire, sur les éléments qui donnent envie aux gens de venir travailler et s’installer en Ariège. S’il n’y a pas d’emploi pour le-la conjoint(e), la famille ne se déplacera pas. Cet état de fait dépasse la seule embauche des médecins mais touche au développement de l’emploi en général. Nous avons un cadre idyllique en Ariège, une qualité de vie, la nature, la culture… Mais le problème de l’attractivité est surtout dans les esprits. Nous travaillons sur ces aspects, l’ADT tout particulièrement mais aussi l’Agence Ariège Attractivité et nos différents partenaires. Il faut continuer et aller plus loin encore ». 

Il existe un réel manque d’accompagnement social post hospitalisation des malades psychiques, que peut faire le Département à ce niveau ?

Nadège Denjean-Sutra, Vice-Présidente : « Le Conseil Départemental a des compétences en matière de solidarité qui ne nous permettent pas d’intervenir précisément sur les problèmes relatifs à la santé mentale. Il faut se rapprocher des services de l’ARS qui se chargent de ces problématiques ». 

Qu’en est-il d’une maison de santé en projet sur le Pays d’Olmes ?

Alain Naudy, Vice-Président : « Il faut d’abord faire la différence entre centre de santé et maison de santé : dans le premier cas, les médecins sont les salariés de la collectivité. Dans le second cas, ce sont les médecins qui trouvent une entente pour travailler ensemble. D’un côté, il n’est pas toujours possible pour une collectivité de recruter des médecins directement, et d’un autre, l’entente entre plusieurs médecins pour s’installer dans un même lieu est un travail de concertation qui ne dépend pas forcément de la collectivité d’implantation. Si une collectivité construit une maison de santé et qu’il n’y a pas de médecins d’accord pour s’y installer, la problématique demeure, comme c’est le cas aujourd’hui à Mirepoix. Créer une maison de santé n’est pas si simple et ne peut être la seule solution. Il ne faut pas mettre "la charrue avant les bœufs" : construire une maison de santé qui coûterait cher avant de connaître une réelle volonté de plusieurs médecins de s’y installer ». 

 

TOURISME

Il y a un très fort potentiel de tourisme historique en Ariège. Ce qui manque, ce sont les structures touristiques. Qu’est-ce qui peut être fait pour mettre en place ce genre de points d’attraction pour ancrer dans l’esprit des gens que l’Ariège est effectivement un endroit extraordinaire et attractif ?

Christine Téqui, Présidente : « Le Département n’est pas pleinement compétent sur cette question. Il peut accompagner un projet mais il faut un porteur de projet pour que la collectivité soit en mesure d’accompagner le dossier. Je rappelle que depuis 2015 les Départements ont perdu la compétence économique. Pour y remédier en partie, le Conseil Départemental de l’Ariège a créé la structure « triple A » : Agence Ariège Attractivité qui a vocation à aller chercher les porteurs de projets. AAA les aide dans leurs projets d’installation sur l’Ariège : tourisme, industrie et secteur agricole ». 

Plus d'infos sur http://www.ariege-attractivite.fr/

OCCITAN

Quel accompagnement le Département assure-t-il à la langue occitane ?
 
Christine Téqui, Présidente : « Oui, le Département apporte son soutien à la culture occitane, un sujet suivi par la Direction de la Culture, du Sport, de l’Education et du Patrimoine, qui évalue le respect des critères et le soumet aux élus : une aide de 10 % du budget du projet peut être octroyée pour les actions d’intérêt local ; et de 15 % pour les actions à rayonnement régional ou au-delà. Les associations qui ne peuvent être accompagnées par ce biais peuvent adresser une demande au titre du fonds de développement de la vie associative (FDVA), instruit par la Direction du Développement Territorial, de l’Economie et du Tourisme.
A noter cependant que les aides du Département en direction de la culture ne dépendent plus d’une compétence principale et que le budget est désormais fort contraint ». 

Comment faire mieux entendre certains besoins relatifs à la culture occitane comme une émission télévisée ?
 
Alain Naudy, Vice-Président : « La culture occitane m’est personnellement chère et nous avons conscience de la nécessité d’un média télévisé. Je prends note d’un besoin de mettre l’accent sur ces éléments ». 

RANDONNEE

Le Plan départemental des itinéraires de promenade et de randonnée (PDIPR) permet aussi d’alimenter le tourisme en Ariège ; la signalétique évoluera-t-elle ?  Entendez-vous mettre les moyens pour faire fonctionner la Commission départementale des Espaces Sites et Itinéraires (CDESI) ?

Christine Téqui, Présidente : « La mise en œuvre de la signalétique in situ prend du temps et nécessite un accord entre les différents échelons de collectivités. Les concertations sur le PDIPR sont en cours. La CDESI a d’ailleurs été évoquée car avoir une CDESI : c’est une obligation. Le problème est d’arriver à la faire fonctionner. Le Département a conscience que ce sujet pose question sur les usages partagés sur les itinéraires mais tout cela prend du temps. Concernant la signalétique, la réponse est oui. Elle va évoluer, le dossier est ouvert ». 

Bulletins participatifs déposés dans l'urne : les questions et les réponses 

Question de Jean-Pierre Salvat : 

Quelle sera la position de la nouvelle Présidente par rapport à la culture occitane et les engagements financiers ? (conseiller(s) pédagogique(s) par exemple).

Réponse du Conseil Départemental de l'Ariège :

La nouvelle Présidente va s’appuyer dans les mois à venir sur le travail et la réflexion des élus de la Commission Culture pour assurer la continuité mais aussi l’évolution des politiques culturelles, dont le soutien à la culture occitane est partie intégrante.

Il est un fait que les contraintes de la Loi des Finances 2018 sont toujours là et ont présidé à l’élaboration d’un budget prévisionnel 2020 dédié à la Culture marqué sous le signe de la prudence et de la stabilité des dépenses afin de ne pas risquer de pénalité en cas de dépassement du taux de rigueur. Par conséquent, il sera au mieux préservé le niveau de soutien aux actions conduites par les associations, toute augmentation de subvention impliquant de disposer de marges budgétaires quasiment nulles, sinon en compensation de baisses par ailleurs, ce qui n’est pas souhaitable. A noter que le budget Culture 2019 a été engagé à hauteur de 99,95% des prévisions.

En terme de continuité du soutien à la culture occitane, rappelons qu’un dispositif spécifique permet de soutenir les initiatives dans la limite de 10% du budget d’une action de dimension locale ou jusqu’à 15% du budget pour une action à rayonnement régional ou au-delà, la seule limite en montant octroyé étant celle des crédits restant disponibles après déduction du soutien à prévoir pour les opérations récurrentes. Aujourd’hui, ce sont 4 structures qui en bénéficient. A noter qu’un traitement particulier est accordé à 2 manifestations labellisées promouvant la culture occitane.

Par ailleurs, sont accessibles aux projets de valorisation de la culture occitane les dispositifs génériques tels que l’aide à la création artistique et culturelle, l’aide à l’édition d’ouvrages ou de CD ou de DVD, l’aide à la diffusion de spectacles vivants, le soutien d’actions s’inscrivant dans le cadre des parcours éducatifs (portés par les ALAE) ou encore dans le cadre de l’appel à projets d’Education Artistique et Culturelle (portés par les collèges).

Les services en charge de la Culture sont en mesure de vous conseiller sur le montage de votre dossier. Il convient de préciser que la subvention départementale vient soutenir des initiatives associatives mais ne peut d’aucune façon cibler le financement d’emplois privés.

Enfin, à compter de 2020, une rubrique en langue occitane va être intégrée dans les supports de communication du Conseil Départemental.

Question de Thierry Salles : 

Quelle place pour la culture occitane dans le Conseil Départemental de demain ?

Réponse du Conseil Départemental de l'Ariège :

La nouvelle Présidente va s’appuyer dans les mois à venir sur le travail et la réflexion des élus de la Commission Culture pour assurer la continuité mais aussi l’évolution des politiques culturelles, dont le soutien à la culture occitane est partie intégrante.

Il est un fait que les contraintes de la Loi des Finances 2018 sont toujours là et ont présidé à l’élaboration d’un budget prévisionnel 2020 dédié à la Culture marqué sous le signe de la prudence et de la stabilité des dépenses afin de ne pas risquer de pénalité en cas de dépassement du taux de rigueur. Par conséquent, il sera au mieux préservé le niveau de soutien aux actions conduites par les associations, toute augmentation de subvention impliquant de disposer de marges budgétaires quasiment nulles, sinon en compensation de baisses par ailleurs, ce qui n’est pas souhaitable. A noter que le budget Culture 2019 a été engagé à hauteur de 99,95% des prévisions.

En terme de continuité du soutien à la culture occitane, rappelons qu’un dispositif spécifique permet de soutenir les initiatives dans la limite de 10% du budget d’une action de dimension locale ou jusqu’à 15% du budget pour une action à rayonnement régional ou au-delà, la seule limite en montant octroyé étant celle des crédits restant disponibles après déduction du soutien à prévoir pour les opérations récurrentes. Aujourd’hui, ce sont 4 structures qui en bénéficient. A noter qu’un traitement particulier est accordé à 2 manifestations labellisées promouvant la culture occitane.

Par ailleurs, sont accessibles aux projets de valorisation de la culture occitane les dispositifs génériques tels que l’aide à la création artistique et culturelle, l’aide à l’édition d’ouvrages ou de CD ou de DVD, l’aide à la diffusion de spectacles vivants, le soutien d’actions s’inscrivant dans le cadre des parcours éducatifs (portés par les ALAE) ou encore dans le cadre de l’appel à projets d’Education Artistique et Culturelle (portés par les collèges).

Les services en charge de la Culture sont en mesure de vous conseiller sur le montage de votre dossier. Il convient de préciser que la subvention départementale vient soutenir des initiatives associatives mais ne peut d’aucune façon cibler le financement d’emplois privés.

Enfin, à compter de 2020, une rubrique en langue occitane va être intégrée dans les supports de communication du Conseil Départemental.

Question : 

Le Tourisme vert en Ariège passe par la maintenance et l’entretien des chemins et bien-sûr, une bonne signalisation. Pour le Chemin des Bonshommes (ou GR107), où sont les panneaux pour présenter ce sentier mythique et historique, de Foix à Comus puis vers Ax et l’Hospitalet ? En sachant que sur Comus (dans l’Aude), les panneaux existent. Merci.

Réponse du Conseil Départemental de l'Ariège :

Dans le cadre de l'actualisation du Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnées (PDIPR) et du changement de charte de balisage et de signalétique qui l'accompagne, le Département va changer tous les panneaux directionnels de l'itinéraire GR107-Chemin des Bonshommes/GR367-Sentier Cathare afin de les conformer à cette nouvelle charte : les panneaux seront plus lisibles en termes de directions et d'étapes, et afficheront (par un logo) l'appartenance aux sentiers thématiques. Échéance prévisionnelle : été 2021.

Question de Hassan Addiou :

Pensez-vous accompagner notre territoire « Pays des Pyrénées Cathares » à développer le tourisme suite aux Assises du tourisme à Montbel ?

Réponse du Conseil Départemental de l'Ariège :

Le territoire « Pays des Pyrénées Cathares », sera aidé dans ses projets de développement touristique dans l’avenir conformément au Schéma de développement touristique. Ce ne sera pas nouveau puisque le Département aide déjà les politiques de développement touristique de ce territoire au travers de différentes mesures sur des sujets variés comme le soutien fonctionnement de l'office du tourisme ou l’aide à l'investissement de la station des Monts d'Olmes, le projet de Montségur ou encore le développement du club de voile de Léran.
Le Département en lien avec les communautés de communes apporte également un soutien  technique et financier aux hébergements touristiques (hôtels, gîtes et chambres d'hôtes…)  

Le Conseil Départemental apporte aussi son soutien aux manifestations locales comme par exemple « Mirepoix mets le couvert » ou la Foire bio des vignerons et brasseurs d'Occitanie ou encore les associations qui créent des animations sur le territoire par le fonds départemental de la vie associative.